C’est un conte qui se déroule en Grande-Bretagne il y a des décennies. Il s’agit d’enfants de la classe ouvrière élégamment habillés qui boivent, se battent, baisent et consomment de grandes quantités de drogue, faisant un pied de nez aux prétentions de la haute société et se délectant du chaos. Non, je ne parle pas du nouveau pistolet bio-dramatique des Sex Pistols, même si c’est cool aussi. Je parle de PEAKY BLINDERS, dont la sixième et dernière saison est diffusée aujourd’hui sur Netflix.

Au cours des cinq dernières saisons, Peaky Blinders a hésité entre être un period-noir stylisé (saison 1), un sang-imbibé de pâte épique (saisons 2 et 4) et un drame historique britannique (saisons 3 et 5). Le costume et la scénographie sont impeccables, la bande-son branchée et imprévisible, et le jeu d’acteur va de bon à excellent. Y a-t-il des rebondissements de l’intrigue fakakta qui n’ont aucun sens rationnel? Pourquoi oui, oui il y en a. Est-ce qu’ils réécrivent de manière flagrante des événements historiques ? Eh bien, oui, ils le font aussi. Est-ce que nous nous soucions? Pas vraiment.

Avant d’aller de l’avant, il y a BEAUCOUP de choses à rattraper. Cela fait neuf ans depuis la première de l’émission en 2013 sur BBC Two et près de trois ans depuis la fin de la saison 5 à l’automne 2019. Le tournage de la saison 6 a été suspendu en mars 2020 en raison de la pandémie de COVID-19. Lorsque le tournage a repris, il a été presque complètement déraillé par la mort de l’actrice Helen McCrory, décédée d’un cancer du sein en avril 2021. Son personnage, tante Polly, était l’un des personnages principaux de Peaky Blinders et sa mort a nécessité des modifications du scénario et des scènes. être re-abattu.

La dernière fois que nous avons vu Tommy Shelby, chef du gang des Peaky Blinders, joué par Cillian Murphy, il pressait un pistolet sur sa tempe et criait dans l’abîme, après avoir été déjoué par un ennemi inconnu. Au fil des ans, la famille du crime Shelby a vaincu ses rivaux de Birmingham, des gangsters londoniens, des mafieux américains intrusifs, des flics véreux et au moins un prêtre pédophile. Cependant, les plans de Tommy pour assassiner son ennemi juré de la saison 5, le leader fasciste britannique Oswald Mosley, ont explosé plus vite qu’un klaxon de coke sniffé par l’un de ses équipiers.

Le déclic d’un canon de fusil vide commence l’épisode 601, intitulé”Jour noir”. Hanté par des visions de sa première épouse décédée Grace et de «l’homme inconnu que je ne peux pas vaincre», Tommy appuie sur la gâchette pour découvrir qu’Arthur a retiré les balles de son arme et s’effondre ignominieusement face contre terre dans la boue. La deuxième épouse Lizzie, toujours bien vivante, le trouve vautré dans la terre, le traite de lâche et lui donne les balles s’il veut terminer le travail, ce qui est… blessant.

Yay, je suis toujours en vie !

Nous apprenons que le complot d’assassinat de Mosley a été ruiné par le putain d’I.R.A. après que Tommy reçoive un appel de la femme fatale Captain Swing, que nous avons vue pour la dernière fois dans Peaky Blinders Saison 5, épisode 2 (oui, je l’ai aussi oubliée). « Nous devons garder M. Mosley en vie. C’est tout ce que vous devez savoir », dit-elle mystérieusement, mais ils ont été assez gentils pour ramener les corps des morts, dont Aberama Gold (Aidan Gillen) et tante Polly, à qui l’on donne un enterrement gitan, ce qui signifie apparemment être mis en place. en feu dans votre caravane. Son fils, Michael Gray (Finn Cole), blâme Tommy pour sa mort et promet de se venger.

Un gros texte en majuscules nous dit que c’est maintenant”QUATRE ANS PLUS TARD”sur”L’ÎLE DE MIQUELON”. Où diable est-ce? Oh, c’est dans”NEWFOUNDLAND, FRENCH TERRITORY”, explique le texte. Un Tommy nouvellement sobre se prépare à rencontrer Michael et sa bande, mais pas avant d’avoir battu un couple de Français hargneux et d’avoir abattu un pigeon.

“HEY MAN NICE TIR!”

Tommy dit que la prohibition touche à sa fin et qu’il est temps de se diversifier, et par diversifier, il entend OPIUM. Michael travaille maintenant pour l’oncle de sa femme, qui est à plusieurs reprises qualifié de gangster du sud de Boston parce que, bien sûr, les gangsters de Bay State ne viennent que de SOUTH BOSTON (quelqu’un a dit aux scénaristes que Whitey Bulger était de Somerville). L’équipe de Michael est un vrai connard pour Tommy, mais ce n’est pas grave parce qu’il est aussi un imbécile et qu’il se moque de Michael après lui avoir donné un sac géant de drogue.

Michael reçoit la visite en prison de sa femme Gina Gray, interprétée par Anya Taylor-Joy, qui est devenue une GRANDE STAR depuis son apparition dans la saison 5 de Peaky Blinders avec un mauvais accent new-yorkais qu’elle a depuis abandonné. Elle fait son entrée dans”Disorder“de Joy Division, qui est la synchronisation la plus cool de l’épisode bien qu’un peu incongrue. Gina demande à Michael pourquoi il fait à nouveau affaire avec Tommy et il dit qu’ils ont des affaires inachevées (je pense qu’il veut dire REVENGE).

Pendant que Michael pourrit en prison, Gina se laisse aller à du jazz et verse son premier verre légal depuis 1920. Tommy se présente pour parler du commerce de l’opium, mais Gina dit :”Pas d’accord”. Tommy dit que si son oncle n’achète pas, il vendra son opium aux”Juifs de l’Est de Boston”, parents du gangster londonien préféré de tous, Alfie Solomons, ce qui est une bonne chose puisque cela signifie que Tom Hardy reviendra.

Alors que Tommy célèbre en baisant une prostituée de Beantown, son bon temps touche à sa fin lorsque Lizzie appelle de l’étranger pour dire que leur fille a de la fièvre et parle tsigane et a des visions d’un homme aux yeux verts, ce qui est apparemment un très, très mauvais. Tommy se précipite en Angleterre, mais pas avant d’avoir rendu visite à Michael en prison pour échanger des désagréments.

Bien que ce ne soit pas tout à fait le big bang des premières précédentes, le premier épisode de la saison 6 a allumé plusieurs fusibles qui pourraient faire exploser le ciel des fortunes de Peaky Blinders-haute. La question est de savoir qui d’autre sera pris dans l’explosion.

Benjamin H. Smith est un écrivain, producteur et musicien basé à New York. Suivez-le sur Twitter :@BHSmithNYC.